Tout fout le camp

Publié le par les.amis.de.jean.jacques.lopez

A droite Fillon se moque ouvertement de Cahuzac " vous voyez le Général De Gaulle mis en examen ?". Mais ce brave Fillon a fait pire avec tous les membres de sa famille rétribués avec de l'argent public ! La droite locale reste muette. "Charles réveille toi ils sont devenus fous"

L'extrême droite s'en lèche les babines avant d'être a son tour rattrapée par la patrouille pour quasiment le même problème : des emplois fictifs comme attachés parlementaires.

La gauche elle, est sur le problème Hamon. Pas Marcel, Benoit. Notre ministre locale se dit " dans l'expectative ".Le dictionnaire nous donne cette définition : attitude qui consiste à observer l'évolution d'une maladie tant que les signes insuffisamment caractérisés, ne permettent pas encore de préciser le diagnostic et de pratiquer une thérapeutique active.

En bon toubib qu'elle est, elle attend.

Du coup son suppléant de député qui lui est douanier et non toubib attend aussi.

Un deuxième député PS pur produit du système, fait jouer son droit de retrait. Pourquoi ? Ou est le danger pour exercer un droit de retrait ? A nos yeux le seul danger consiste à penser que Macron a plus de chance que Hamon d'être au second tour des présidentielles. Une position de retrait lui permettrait d'avancer pour les législatives. Et le retrait il connait bien Jacques. Son retrait des municipales 2014 a permis de faire disparaitre la gauche pour six ans sur Perpignan. Nous sommes au moins sur que pendant six ans elle ne fera pas de connerie au moins.

Le troisième député PS demande le ralliement des forces de gauche derrière le candidat de gauche gagnant Benoit Hamon. Lui président du comité local de soutien de Valls pour ces primaires s'en fout royalement du futur. Il ne se représente pas et donc sur de ne pas perdre.

La sénatrice PS présidente du conseil départemental reste muette comme d'ailleurs tous ses élus du conseil départemental, ne laissant personne stupéfait tant sa démarche a un gout naturel.

Les élus de l'agglo perpignanaise vaquent à leurs occupations : réparer des avions pour les uns, vendre les bijoux de famille pour d'autres ... " Des présidentielles ? ah bon, et quand ?"

Les élus de Salanque Corbières continuent à se regarder en chien de faïence après s'être regardés le nombril et sa périphérie. La lecture des résultats dans les bureaux de vote PS nous apprend que sur les 21 villages qui la constitue, seuls Pia et Claira ont joué les frondeurs avec la carte Hamon. Un vote des plus apprécié surement par le PS local et sa patronne Ségolène fervent soutien du catalan Valls...

" Christian réveille toi, ils sont devenus fous "

Quant on vous dit que tout fout le camp.