La vérité

Publié le par les.amis.de.jean.jacques.lopez

Emmanuel Macron l'a encore dit le jour de sa victoire : "Une de mes priorités au cours du quinquennat est la moralisation de la vie publique ".

Les exemples de manquements au devoir de probité par un élu comme

- la corruption passive

- la prise illégale d'intérêts

- le favoritisme

- le détournement de biens publics

ainsi que les atteintes à la confiance comme

- le faux document administratif

- le faux en écriture publique

-les usages de faux

devraient être punis plus sévèrement que maintenant bien que les peines de faux en écriture publique soient déjà portées à 15 ans de réclusion criminelle et à 225 000 € d'amende lorsque le faux ou l'usage de faux est commis par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public agissant dans l'exercice de ses fonctions ou de sa mission (art 441-4 du code pénal).Déjà de quoi faire réfléchir la plupart de nos élus.

Aussi le leader LR de ces élections présidentielles s'est bien tiré une balle dans le pied (droit) lorsqu'il a annoncé : " Imagine-t-on le Général de Gaulle mis en examen ..."

Cette citation a produit le double effet kiss cool. D'une part l'électorat de droite, humilié par de tels agissements familiaux, lui a tourné le dos, d'autre part le nouveau Président ne peut plus faire marche arrière et doit durcir les peines pour ces élus peu scrupuleux.

Alors maintenant, en marche pour rechercher la vérité, toute la vérité